Écriture scripte ou cursive en 1e année?

Écriture scripte ou cursive en 1e année?

Le choix du type d’ écriture à enseigner dans les écoles primaires suscite beaucoup de questionnements chez les enseignants. En tant qu’ergothérapeute, je me fais aussi régulièrement poser la question…et la réponse n’est pas simple!

 

Que disent les études?

Les plus récentes évidences scientifiques suggèrent que l’écriture cursive aurait plusieurs avantages sur l’écriture scripte. Malgré tout, il n’y a toujours pas de consensus parmi les écoles, sur le type d’écriture à enseigner en première année. En effet, certaines écoles débutent avec le script puis passent au cursif en deuxième année. De nombreuses écoles ont également pris le virage cursif seulement, et ce, dès la 1ère année. Certaines écoles, moins nombreuses, ont pour leur part décidé de n’enseigner que l’écriture scripte.

 

 

Ce qu’on sait:

  • Il faut éviter le double apprentissage (script puis cursif). En effet, l’apprentissage de l’écriture nécessite un encodage des patrons moteurs des lettres (la mémoire musculaire qui nous permet d’écrire sans nous référer à l’image de la lettre). Le double apprentissage exige aux élèves d’encoder un type d’écriture en première année puis, lorsque cet encodage est fonctionnel, on exige de “désencoder” certains patrons de lettres pour en encoder de nouveaux. Cela peut mener à une surcharge cognitive et à une atteinte des capacités attentionnelles chez plusieurs élèves.

 

  • L’aspect graphomoteur est essentiel dans l’acte d’écrire et doit être automatisé pour « laisser la place » aux habiletés telles que : la création d’idées, l’accès au répertoire orthographique, la capacité à conjuguer des verbes, à suivre les trottoirs, etc. Tant que l’enfant pense à comment tracer ses lettres, les autres capacités peuvent être limitées.

 

  • Le type d’écriture le plus utilisé par les adultes est l’écriture de type mixte. Ce type d’écriture serait aussi le plus rapide et se développerait peu importe le type d’écriture enseigné au primaire.

 

Écriture cursive :

Avantages :

  • Permet de mieux comprendre le concept de mot (puisque ce sont des mots-unités)
  • Aide à éviter les inversions de lettres
  • Diminue les problèmes d’espacement entre les lettres

Désavantages :

  • Le geste moteur est plus difficile pour les enfants : nécessite une prise de crayon acquise et automatisée qui permet aux doigts de bouger de même que d’excellentes habiletés de planification du geste.  
  • La lisibilité est plus longue à acquérir
  • Les enfants se concentrent plus longtemps sur le geste d’écriture au détriment des autres aspects cognitifs essentiels à l’écriture.

Écriture scripte :

Avantages :

  • Moins exigeante au niveau du geste et de la planification motrice et les exigences correspondent davantage aux habiletés motrices et praxiques d’un enfant de 5-6 ans
  • Permet de prendre des pauses entre les lettres pour mieux planifier la lettre suivante
  • Permet une écriture fonctionnelle plus rapidement

Désavantages:

  • Peut engendrer plus d’inversions
  • Plus difficile de gérer l’espacement entre les lettres et entre les mots

 

Les élèves d’aujourd’hui ne sont plus ceux d’il y a 10 ans!

 

Les élèves changent, de plus en plus d’élèves à besoins particuliers sont intégrés dans les classes et cela devrait mener à des réflexions sur la façon d’enseigner. Saviez-vous qu’au Québec, il y aurait environ 33% des élèves d’une classe qui présenteraient des besoins particuliers (TSA, TDA, TDAH, troubles d’apprentissages, trouble ou retard de langage, etc.)?

 

Les enfants ont de moins bonnes habiletés motrices qu’avant, notamment ils développent moins leur contrôle postural (lisez mon autre article sur le sujet). Le contrôle postural étant à la base de la posture assise et de la stabilité du membre supérieur, on se retrouve avec des enfants qui développent plus tardivement et avec plus de difficultés les habiletés de pré-écriture. L’écriture cursive étant initialement plus difficile au niveau du geste moteur, les exigences sont très élevées pour certains élèves.

 

On sait aussi qu’un élève de 1ère année passe en moyenne 70% de ses semaines à faire de la motricité fine. Sur ce 70%, 80% correspond à des moments où il a recourt à la calligraphie. Il importe donc de se questionner par rapport aux difficultés attentionnelles et de comportement qu’on observe dans nos classes à savoir si elles sont vraiment reliées à des troubles neurodéveloppementaux, (tels que le TDA ou le TDAH) ou plutôt, à des difficultés reliées à la réalisation des tâches demandées (notamment l’écriture). 

 

Le choix du type d’écriture: un choix-école!

 

Si l’écriture cursive est enseignée en 1e année, il importe que cette décision soit un choix-école.  Les classes préscolaires pourront alors mettre l’accent sur les habiletés motrices globales et fines afin que les élèves aient les capacités nécessaires pour l’apprentissage de l’écriture cursive. Par ailleurs, pour éviter le double-apprentissage, il sera recommandé que les classes préscolaires n’enseignent que la lettre majuscule et non plus la lettre scripte, notamment lors de l’écriture du prénom.

 

En conclusion, il n’y a pas, selon moi, de décision évidente à ce sujet. La décision doit se prendre en équipe pour harmoniser l’apport de chaque niveau face au type d’écriture enseigné en 1e année.

 

Vous avez des questions? Vous souhaitez en savoir plus? Des formations sont disponibles sur le sujet. Il est aussi possible d’effectuer des consultations par téléphone ou dans votre milieu. Contactez-nous!

 

Carolyne Mainville, M.Sc, ergothérapeute.

 

Retour au blogue

Lisez aussi :

La classe flexible facilite-t-elle l’attention des élèves?

La classe flexible adaptée aux élèves d’aujourd’hui!

La classe semi-flexible, vous connaissez?